Colonel Marcel : « La Population de Beni-Butembo doit se réveiller »

Colonel Marcel Kaheraya, lance un SOS appelant ainsi la citoyenneté des territoires de Beni et Lubero de se désolidariser d’avec les ADF. Pour lui, quoique ces ennemis de la paix semblent sympathiser localement avec des habitants, ils sont les mêmes qui massacrent la population sans défenses.

Colonel Marcel : « La Population de Beni-Butembo doit se réveiller »
Interview du Colonel Marcel Kaheraya

«Nous allons continuer à neutraliser les ADF et nous demandons à la population de cesser de collaborer avec ce groupe négatif car cet acte constitue un jeu funeste», fait savoir le colonel Marcel, cet officier FARDC, au cours d’une conférence de presse tenue Mercredi 14 février 2018 à Beni.

Au cours de cet échange, le colonel a tenté de retracer le succès des FARDC depuis le lancement en Janvier dernier de l’opération Usalama1, conduite par les opérations Sukola I, dans l’objectif d’éradiquer l’activisme de l’ADF dans la zone. Pour lui, plusieurs bastions de l’ennemi sont déjà récupérés par l’armée loyaliste dont Mwalika, Sesele, Mapobu… « La reprise de ces bastions est un succès énormes pour nous, surtout que ces endroits étaient stratégiques pour les ADF. Ils étaient considérés comme les greniers pour ces ennemis de la population », ajoute-il.

Des greniers conquis

Quand il détaillait Mwalika, l’un des coins récemment conquis, ce commandant explique que cet endroit n’est pas à comparer aux entités comme Mbau ou Oicha, mais, juste une agglomération enfouie dans le parc des Virunga et où les ADF et leurs dépendants dont femmes et enfants ainsi que certaines populations locales qui travaillent dans les champs des ADF. « Mwalika est stratégique constituant ainsi un camp d’entrainement, un centre médical dans lequel sont soignés les blessés de guerre et un carrefour du business ADF », explique le Colonel. Il poursuit : « là, se trouve plusieurs sentiers qui relient les territoires de Beni et celui de Lubero ». Grace à ces sentiers, les motards assimilés à des taximen-motos de Beni et de Butembo évacuent les vivres constitués des haricots, riz, maïs, chanvres, légumes… cultivés sur place dans des vastes étendues. Ces produits sont liquidés à Beni et surtout à Butembo en espèce ou en troc contre les panneaux solaires, batteries, produits pharmaceutiques… « Bref, la reprise de Mwalika est une entorse à ce mouvement négatif », se réjouit-il.

Dénoncer l’ennemi…

Selon le Colonel, grâce au mariage entre les ADF et des commerçants locaux, ces ennemis de la paix contrôlent leurs finances leur permettant ainsi de se réorganiser après les attaques: « comme jeunes de Beni, je suis consterné de constater qu’il y a toujours des gens qui font du business avec les ADF, cela, malgré le nombre des décès occasionnés en ville et territoire de Beni par ces gens-là », regrette-t-il en dénonçant l’aspect bicéphalique du mouvement ADF. « Il est d’une part, gentil pour des habitants de Butembo, principaux clients et d’autres parts, méchants contre les habitants de Beni dont les atrocités perpètrées contre eux constituent une signature de son existence à travers le monde de se désolidarirer d’avec ces hors la loi. Il est temps pour la population de Beni et celle de Butembo de se réveiller en dénonçant ainsi toute personne suspecte. Les dénonciations pourront permettre aux FARDC, l’unique armée du pays, de mener à bien cette guerre asymétrique», conclut-il.

Mustapha Mulonda