Environnement : la RDC tend à s'investir dans les concessions forestières.

La République Démocratique du Congo possède la deuxième plus grande forêt équatoriale du monde. C'est qu'à rappelé le chef de l'État Felix Antoine Tshisekedi, au cours de la 24ème réunion du conseil des ministres, tenue le vendredi 15 octobre 2021 à Kinshasa.

Environnement : la RDC tend à s'investir dans les concessions forestières.

Celà intervient à seulement quelques jours du rendez-vous planétaire sur le climat, la COP 26, qui se tiendra à Glasgow en Ecosse du 01 au 11 novembre 2021 et dont le pays pourra y participer. D'après le compte rendu de la réunion du conseil des ministres, la RDC possède près de 30 milliards de tonnes de carbone séquestrées dans les tourbières mais également une grande étendue de savane à reboiser. 


Au cours de cette réunion, le président de la République a fait savoir qu’une série d’actions devrait être menée en vue de permettre au pays de bénéficier plus facilement des fonds prévus à cet effet sur le marché.
 Au sujet de contrats des concessions forestières quant à ce,  le Chef de l’Etat a souligné avoir été saisi de plusieurs plaintes concernant des irrégularités dans l’octroi de celles-ci. 


“Les premières vérifications ont mis en évidence l’illégalité de nombreux contrats dont ceux signés en septembre 2020 qui attribuent, à une seule société, 6 concessions d’une superficie totale de 1.376.375 ha en violation de la loi. Car, l’alinéa 4 de l’article 92, de la loi n° 011/2002 du 29 août 2002 portant Code Forestier impose une limite maximale de 500.000 ha par entreprise”, peut-on lire dans ce compte rendu.


Afin de sortir le pays de toute illégalité, le garant de la nation a demandé à la Vice-Première Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable de faire un état des lieux technique et financier de toutes les concessions forestières de la RDC, de suspendre tous les contrats douteux en attendant le résultat de l’audit, et d’en faire rapport au Gouvernement lors de la prochaine réunion du Conseil des ministres.


Le Président de la République est aussi revenu sur les termes de sa communication faite lors de la 16ème réunion du Conseil des Ministres concernant la protection de l’environnement. 
À cette occacasion, trois recommandations avaient été émises, afin de préparer la participation effective de la RDC à la Cop26. Il s’agit de :
- L’évaluation du programme d’un milliard d’arbres ; 
- L’inclusion de la RDC dans le groupe d’observation de la terre (GEO) ; 
- La préparation de la Contribution Déterminée au Niveau National (CDN) de notre pays afin de structurer les négociations notamment des fonds carbone pour la RDC grâce à ses efforts dans la stabilité climatique.

Pour y arriver,  “le Président de la République demeure impératif que ces questions puissent être vidées de leur substance sous la direction de la Vice-Première Ministre, Ministre de l'Environnement et du Développement Durable”, renchérit le compte rendu du conseil des Ministres.

Jocel Kasereka Biryeka