Warning: preg_match() [function.preg-match]: Unknown modifier 'T' in /htdocs/admin/functions.php on line 461

Warning: preg_match() [function.preg-match]: Unknown modifier '4' in /htdocs/admin/functions.php on line 724

Warning: preg_match() [function.preg-match]: Unknown modifier '5' in /htdocs/admin/functions.php on line 735
EMERGENCE-GROUPE: Beni : « L’armée congolaise vient de récupérer Mayangose de l’ADF »
  • info@emergence-groupe.com
  • +243972727228
Général Léon Kasonga
  • 05-12-2019
  • Mustapha Mulonda

Beni : « L’armée congolaise vient de récupérer Mayangose de l’ADF »

​​​​​​​L’armée congolaise à travers son porte-parole, Général Léon Kasonga a présenté ses compassions à la population de Beni, victime des tueries perpétrées par l’ADF. Elle a aussi brossé le bilan de l’opération « Délivrance de Mayangose » qui s’est soldée par un succès total. Pour lui, après avoir sécurisé complètement cette partie de la ville, 28 mille familles cultivatrices de Mayangose vont y reperdre leurs activités champêtres. C’était au cours d’une conférence de presse tenue le Lundi 02 Décembre 2019.  

Le Service de Communication et d'information des FARDC a tenu une conférence de presse à l’intention des journalistes de Beni la soirée du Lundi 02 Décembre 2019. Là, l’armée congolaise à travers son porte-parole, Général Léon Kasonga a présenté ses compassions à la population de Beni avant de brosser le bilan de la traque lancée depuis le mois dernier contre les rebelles ADF. Pour lui, l’opération dénommée « Délivrance de Mayangose (une agglomération située au Nord-est de Beni/ une entité au sol fertile) », l’une des phases des opérations de grandes envergures, est un succès total. « Nous tenons à présenter nos compassions à la population de Beni. Mais aussi nous félicitons toutes les composantes de la société civile et le mouvement de pression Lutte pour le changement pour leur soutien aux FARDC. « Grace à cette collaboration, nous venons de récupérer toute l’étendue de Mayangose. Certes, 28 mille familles cultivatrices de Mayangose vont rentrer bientôt dans leurs champs, néanmoins, elles doivent patienter jusqu’à ce que nous puissions nettoyer la zone afin qu’elles puissent y reprendre leurs activités sans aucun danger ».    

Soulèvements populaires

Selon l’armée, la défaite de l’ennemi en profondeur est à la base des tueries des civils perpétrés par l’ADF à Beni ville et territoire. En guise des représailles les ADF se déchargent sur les civils sans défense. Phénomène qui déclenche les soulèvements populaires ces derniers temps dans la ville de Beni et territoire. Ces manifestations récurrentes sont initiées par des jeunes qui demandent le départ de la Monusco. Cette Mission des Nations-Unies est accusée d’être passive dans son rôle de maintien de la paix : « la Monusco est inutile et impuissante. On nous égorge à sa présence », explique l’un des jeunes de Beni qui félicite les manifestants pour le fait d’avoir incendié l’une des bases de la Monusco dans le quartier Boekene.

Au cours de ces échauffourées, des morts ont été enregistrés du coté des civils comme celui de la police et de l’armée. Une attitude que déplore le Général Léon Kasonga, qui fait savoir que la population se trompe d’ennemi. Il l’a dit au cours de la conférence de presse de la cellule de communication des FARDC tenue ce Lundi 02 Décembre dernier. « L’ennemi c’est l’ADF. L’ADF, par ses agents dormants opèrent désormais au cœur de la ville. Grâce à ses infiltrés, l’ADF monte des stratégies afin de détourner l’attention de la population locale qui se laisse plonger dans la manipulation jusqu’à s’attaquer à la Monusco, à la police et à l’armée. En cette période où nous avons besoin de mettre fin à l’activisme de l’ADF, nous demandons le soutien de toute la population », fait-il savoir.

A bas la justice populaire

Afin de décourager la justice populaire de plus en plus perceptible à Beni, la population est appelée donc au respect du droit individuel. Ici, le Porte-parole des FARDC fait allusion à ces jeunes qui contraignent les habitants à marcher sans souliers le long de la journée. C’est le cas observé au cours d’une marche de colère anti-Monusco tenue ce Lundi 02 Décembre 2019 dans laquelle les manifestants pouvaient fouetter tous ceux-là qui refusaient d’ôter leurs souliers à la demande. Ces protestations se soldent par des dérapages. Les manifestants se rendent justice lors qu’ils perçoivent une personne d’apparence suspecte dans la zone, ajoute le porte-parole de l’armée. Ainsi, un numéro vert est mis à la disposition de la population en cas d’une quelconque suspicion : « Quand on a une mauvaise interprétation des libertés individuelles, on prive l’autre de jouir de sa liberté. Juridiquement, il est interdit de priver à l’autre son droit de mouvement. Cette attitude a provoqué la mort de huit militaires tués par des populations en colère qui croyaient à tort que ces compatriotes étaient membres de l’ADF. Ce comportement doit cesser », insiste-t-il en ajoutant le Centre de coordination des opérations viennent de mettre pour vous un numéro vert, +243 820 800 005 : « aussitôt appelé ce numéro, l’armée et la police viendront pour appréhender le suspect et le transférer devant les juridictions compétentes ».

Pour finir, le Général Léon Kasonga a promis que la traque se poursuit jusqu’à ce que tous les bastions rebelles soient occupés par l’armée loyaliste. Ainsi, il a dit merci aux militaires pour le patriotisme caractérisé par les exploits enregistrés dans ce triangle de la mort : « Nous avons neutralisé quatre de six leaders ADF auteurs de la mort et de la terreur dans le grand Nord-Kivu. Nous avons aussi neutralisé 80 ADF et nous avons réussi également à coincé leurs collaborateurs sur lesquels nous venons de puiser les informations nécessaires ».

Partager ceci