Goma : Les jeunes parlementaires appelés à s’engager au sein de leurs bases respectives

En marge de festoyer les festivités de la 58ème anniversaire de la RD Congo à l’accession à l’indépendance, le parlement des jeunes de la RDC a célébré ce vendredi 13 juillet cette journée en appelant aux jeunes de s’engager dans la vie « sociale, économique et politique à partir de leurs bases respectives ». Plusieurs responsables ont partagé leurs expériences aux jeunes.

Goma : Les jeunes parlementaires appelés à s’engager au sein de leurs bases respectives
Les jeunes parlementaires du NK

Ayant pour thème : « Repensons notre indépendance, Jeunesse force et Espoir de notre pays », c’est pour cela que le parlement des jeunes a voulu célébré cette accession de la RDC à son indépendance. Ces jeunes sont issus des différents quartiers et communes de la ville de Goma. Cette manifestation a eu lieu dans la salle de Full Gospel en diagonal du lycée Amani. Une multitude des jeunes sont présents. Ils sont habillés comme des parlementaires dignes de ce nom. Devant eux, leur cabinet habillé de la même façon comme le bureau du parlement provincial s’habille. C’est une manière d’être proche de nos bases respectives car c’est nous les jeunes qui connaissent les problèmes réels de la population, ont-ils lancé certains d’entre eux au sortir de cette manifestation. C’est une façon de faire participer les jeunes à la gestion de leur pays en commençant à la base. 

« Cette journée a eu deux moment fort. D’abord l’engagement des jeunes des quartiers de la ville de Goma où ils ont promis de prendre un engagement de commencer le changement dès la base. Par la suite, nous devrions menant recevoir les orientations, les conseils concernant certaines questions de l’heure avec des responsables que nous estimons être de sage » a fait savoir Johnson Butaragaza, président actuel de ce parlement des jeunes au Nord-Kivu. Parmi les responsables présent  à cette manifestation, on peut citer par exemple : le président de l’APENOKI (Association des Pétroliers du Nord-Kivu), certains cadres de concertation de la société civile, le commandant de la ville et certains scientifiques… L’objectif étant d’appeler tous les jeunes d’éviter d’être une jeunesse qui doit créer des écart avec les vieux qui ont excellé dans leur domaine, nous a fait entendre Johnson tout en rassurant que c’est le moment de s’engager de la jeunesse à partir de la base.

Par ailleurs, lorsqu’est arrivé un moment de poser des questions, un jeune a voulu savoir pourquoi on les appelle à ne pas brûler les pneus dans la rue lors des manifestations et de détruire des routes. Répondant gentiment à ce jeune, le président de l’APENOKI, Monsieur Providence Muhiga a fait savoir aux jeunes que pour construire une route cela coûte des millions de dollars et certaines routes de la ville ont été acquise difficilement par des pétroliers, pour dire que c’est mieux de choisir une autre voie de manifester comme le garantie la constitution et non plus brûler des pneus sur les routes. Le président de l’APENOKI a en plus appeler ces jeunes à ne pas attendre que ça soit chaque fois les autorités qui puissent les interpeller à nettoyer ces routes.

Des appels à la responsabilité…

Pour arriver à convaincre les jeunes, plusieurs personnes sont passées pour partager leurs expériences. Celles-ci sont revenues presque sur une chose : la responsabilité des jeunes et l’auto-prise en charge des jeunes. Profitant de son séjour dans la ville touristique, le journaliste chroniqueur des paroles aux auditeurs de la Radio Okapi Pierrot Elamedji, lui étant aussi un coach motivateur dans le leadership a d’abord salué la bravoure des autorités locales pour rendre la ville belle par la construction des routes et par la suite à fustiger aux jeunes de ne pas toujours vendre l’image négative de Goma comme par exemple quand il y a deux morts, ce sont certains jeunes qui s’en donnent à publier sur les réseaux sociaux et autres plateforme en ligne en oubliant l’aspect positif qu’à la ville de Goma. Mais il a aussi invité les jeunes à mettre des images positives comme des belles routes, les pommes de terre de Kibumba… cela fera de vous des responsables et vous permettra de vous engager pour votre pays, a-t-il souligné d’un ton fort. Même idée partagé par Pascal Mugaruka, un entrepreneur, lui a ainsi incité les jeunes à avoir une attitude non violente, celle qui fait recours à notre dimension supérieure, notre façon de vivre et de voir les choses autrement. Poursuivant dans ce même angle d’idée, il a fait savoir aussi aux jeunes de s’approprier les six piliers de la non-violence pour la paix. Il s’agit entre autres de répondre toujours par la liberté pendant l’oppression, d’éviter le mépris et demander souvent la dignité, aussi d’éviter le mensonge en tant que jeune et apporter la vérité, d’éviter non plus l’injustice et répondre par la justice, en plus éviter la haine  et promouvoir l’amour, enfin d’éviter la vengeance et de toujours répondre par le pardon ; ayant toutes ces qualités, nous serons des vrais leaders pour ce pays, a-t-il conclut devant les jeunes présents dans cette manifestation.

Par ailleurs pour l’assistant du commandant ville, lui a exhorté les jeunes en cas de danger d’appeler la police pour qu’elle vienne en aide. C’est ainsi qu’il a donné le numéro vert de la police qui est : 0970038580.

Enfin, les jeunes sont engagés à ne pas se laisser faire par ces candidats qui peuvent leur venir sans projet de société concret et ils sont appelés à choisir dans les jours qui viennent le nouveau président de ce parlement des jeunes de la RD Congo selon leur règlement.

La dénomination …

Pour lever l’équivoque que beaucoup de gens peuvent avoir à la différence entre le parlement des jeunes et le conseil provincial de la jeunesse, Johnson Butaragaza a martelé en disant que même le nom les différenciés et du point de vue légal le premier est régi par l’arrêté ministériel avec le F92 régissant les ASBL (Association sans But Lucratif) alors que le second est une structure étatique qui est un organe technique du ministère de la Jeunesse et que le parlement des jeunes à le mandat de plaider toutes les questions qui concernent les jeunes à tous les niveaux.

Alfred Bukuhi