Warning: preg_match() [function.preg-match]: Unknown modifier 'T' in /htdocs/admin/functions.php on line 461

Warning: preg_match() [function.preg-match]: Unknown modifier '4' in /htdocs/admin/functions.php on line 724

Warning: preg_match() [function.preg-match]: Unknown modifier '5' in /htdocs/admin/functions.php on line 735
Les Pères Blancs : Les Missionnaires d’Afrique placent toujours leur signe de fidélité à l’Afrique ; 150 ans après 

Les Pères Blancs : Les Missionnaires d’Afrique placent toujours leur signe de fidélité à l’Afrique ; 150 ans après 

Alfred Bukuhi 03, Décembre, 2018 104 vues

Les missionnaires d’Afrique connus sous le nom des « Père Blancs » fêtent leurs cent cinquantième anniversaire d’existence au cours de cette année 2018. Cette année jubilaire est célébrée partout en Afrique sous le signe de la fidélité à l’Afrique malgré la baisse des missionnaires qui s’observe ces dernières décennies.

Fondés en 1868 et suivie des sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique en 1869 par le Cardinal Charles Lavigerie ; les Missionnaires d’Afrique sont connus sous le nom de « Pères Blancs ». C’est un institut missionnaire de prêtres et des frères vivant en communauté. Ils projettent par cette célébration d’une année jubilaire commune ; se souvenir et se rappeler qu’ils sont les fils et filles d’un même Père, le Cardinal Charles Lavigerie.

Son but est d’annoncer l’Evangile aux hommes du monde africain. Du fait de ses origines, la société a toujours porté une attention particulière aux croyants de l’islam. Pour ce faire, les 150 ans d’existence des missionnaires d’Afrique et des sœurs missionnaires de notre Dame d’Afrique sont célébrés au cours de cette année 2018. Le thème pour cette année jubilaire est : « Avec le christ, toujours fidèles à l’Afrique ». C’est ainsi que pour Emmanuel Ngona, père provincial de l’Afrique Central dans une lettre adressée à ses confrères les appelle à commémorer ces 150 d’existence (1868-2018) chacun où il se trouve en étant toujours fidèle à l’Afrique : « Nous nous acquittons de l’agréable devoir de vous annoncer qu’au cours de cette année 2018, nous célébrons notre année jubilaire de 150 ans d’existence, 150 ans de grâces : 1868-2018. L’ouverture du Jubilé aura lieu le 8 décembre 2018 en Tunisie et la clôture le 8 décembre 2019 en Ouganda. Etant donné que tout le monde ne peut pas se rendre en Tunisie ou en Ouganda, nous voulons célébrer cet heureux événement partout où nous sommes » a-t-il ainsi exhorté ses confrères en les incitant d’avoir toujours cette fidélité à la mission en Afrique et là où leur charisme est sollicité dans le monde.

Par ailleurs certains jeunes trouvent dans le vivre ensemble en communauté de cette société. Une opportunité d’enrichissement spirituel et communautaire malgré leur réorientation à la vie active. C’est par exemple Raphael ayant passé cinq ans dans une maison de formation des Missionnaires d’Afrique trouve cela une joie de rencontre avec les autres et surtout de partager souvent avec ses supérieurs alors qu’encore aux études. Il s’en souvient à ce terme : « Je me souviens de mes premiers pas en entrant chez les Pères Blancs. Ce fut une joie pour moi, même si je suis déjà réorientée car ce qui m’avait poussé là c’est leur façon de vivre en communauté. J’ai vraiment découvert cette manière de vivre et je les souhaite en avance un fructueux jubilé. » se souvient-il.

 

  Evangéliser tout en étant proche des autochtones

En fondant ces deux sociétés, le Cardinal Lavigerie avait le souci d’avoir d’abord des missionnaires. Ces derniers ayant pour mission d’évangéliser dans un premier temps tous les gens qui ne sont pas chrétiens. Ensuite il voulait avoir des hommes et des femmes qui sont capables de lutter contre tout ce qui aliène la personne humaine. C’est-à-dire il voulait que les gens soient libres et que la dignité humaine soit respectée ; a fait savoir le P. Jean-Paul Cirhakarula l’un des organisateurs de ce jubilé en cette ville de Goma dans une émission ce dimanche 2 décembre de la génération Evangile à la RTNC/Goma. Poursuivant, Jean-Paul précise que cela est intervenu dans le contexte de l’esclavagisme où le cardinal Lavigerie a trouvé ce fléau inhumain et il s’est donné à la création de cette société en exhortant ses missionnaires de vivre en dialogue avec les musulmans et en étant proche des autochtones. Manger leur nourriture, s’habiller comme eux, assumer leur langue et leurs bonne coutumes…

Tout en créant la société des missionnaires, il a été révélé que le Cardinal Charles Lavigerie voulait aussi des femmes. Car les apôtres se promenaient aussi avec les femmes. Celles-ci sont engagées totalement à Jésus en vivant cet engagement en faisant l’apostolat auprès des femmes surtout celles démunies. Elles ont été créées, elle une année après les Pères Blancs, c’est-à-dire en 1869.

Pourquoi les prêtres missionnaires d’Afrique sont en baisse ?

Durant ce dernier siècle, les statistiques de ses deux sociétés sont en baisse partout au monde. Cela serait dû aux mutations que connait le monde actuel et au vieillissement de certains prêtres européens. Selon les dernières statistiques de cette société, en janvier dernier les sœurs missionnaires d’Afrique sont estimées à 570 sœurs au monde. Par contre du côté des Pères et des Frères, ceux-ci arrivent à 1 210 partout au monde. Il faut savoir que depuis 1868 il y a eu 6 376 prêtres ou frères. Pour aujourd’hui notons que 500 jeunes aspirants sont dans les différentes maisons de formation et qu’ainsi 15 ou 20 nouveaux jeunes entrent chaque année chez les missionnaires d’Afrique. Selon le P. Jean-Paul cette baisse est difficile à expliquer car bon nombre des missionnaires d’Afrique venaient de l’Europe et pour le moment-là il n’y a pas de vocation : « On se rend compte qu’il ya une baisse par rapport à 2017 où il y avait 1 230. Cela s’explique par le fait qu’avant les missionnaires venaient d’occident mais pour le moment on n’a pas beaucoup de vocation de ce côté-là. Aussi parce que beaucoup de nos confrères occidentaux sont vieillies et retournent directement chez eux. Il y a aussi ceux qui meurent. C’est ce qui explique davantage la baisse de notre nombre car il faut aussi beaucoup d’années pour former un missionnaire d’Afrique. » a-t-il renchérit en incitant les jeunes qui désirent entrer dans cette société à venir vers eux.


Partager ceci

Share contents button