Rubens Mikindo : L’UDPS ne jure que pour des élections crédibles

​​​​​​​L’Union des Démocrates pour le Progrès Social, UDPS, ne jure que pour des élections crédibles. C’est ce qu’à révéler Rubens Mikindo, un cadre fervent de ce parti à Goma alors qu’il venait déposer sa candidature. Ce parti tient aussi à la collaboration avec d’autres partis de l’opposition.

Rubens Mikindo : L’UDPS ne jure que pour des élections crédibles
Rubens Mikindo en conférence de presse

A six jours de la clôture de dépôts des candidatures pour les élections législatives et présidentielles, le parti du feu Etienne Tshisekedi se dit confiant de briguer les élections de ce 23 décembre. Pourtant connu par certaines classes politiques comme le grand boycotteur des élections en RD Congo. Ce dernier temps, c’est le contraire qui est vécu sur le terrain. L’UDPS se montre très mobiliser pour ces élections qui pointent à l’horizon. C’est ce qu’a révélé Rubens Mikindo, Secrétaire général adjoint chargé des stratégies et des affaires administratives de ce parti politique. Ce vendredi 03 aout devant la presse, c’est un Rubens Mikindo serein, confiant et plus que déterminer pour conquérir le pouvoir. Alors qu’il venait déposer sa candidature à l’élection législative celui-ci se montre rassurant du tenu des élections du 23 décembre prochain. « Nous sommes confiant des élections du 23 décembre. Bon nombre de gens pensent que nous boycottons souvent des élections en référence de celles de 2011, nous ne voulons pas qu’on nous taxe encore ainsi. C’est pourquoi je suis venu déposer ma candidature à la députation nationale », a fait savoir ce cadre de l’UDPS qui promet déposer sa candidature dès ce samedi.

Pour autant, la candidature unique de l’opposition est envisageable pour que cette dernière puisse gagner des élections. Alors que pour gagner ces dernières, il faut un candidat unique pour l’opposition. A ce propos, Rubens tape le poing sur la table en disant que pour qu’il soit une candidature unique, il faut un profil adéquat à ce candidat. Pour lui, ce candidat ne peut pas avoir deux casquettes, c’est-à-dire quelqu’un ne peut pas venir de la majorité est se faire de l’opposition. Il continue en disant que « L’opposition à ses mérites ». Et d’un ton grave : « Pour le moment nous sommes rigoureux. Quelqu’un ne peut pas venir de çà et là et dire qu’il est opposant ».

Capable de gagner les élections…Et quid de la machine à voter ?

Depuis lors, l’UDPS ne jure que par vaincre les élections. Pourtant ses membres sont aussi les premiers à pouvoir jeté l’éponge quand les élections approchent en remettant les choses à la Saint-Glinglin. Mais pour ces élections, tout serait en marche pour que ce parti ayant déjà trente-six ans dans l’opposition affronte les élections. Aussi, il faut rappeler que tenant compte des accords de la Saint Sylvestre signé sous les hospices de la CENCO, ce parti aurait dit haut qu’il pourrait continuer ce processus avant de voir leur président appelé « Sphinx de Limete » enterré. Mais les langues se délient une fois encore. Selon Rubens Mikindo, c’est le pouvoir en place qui ne veut pas que le Sphinx soit enterré. Car selon lui les accords étaient déjà conclus avec les autorités au niveau national pour les funérailles de ce dernier. « C’est par mauvaise foi et de la politique. C’est pourquoi, le corps du Sphinx n’est pas encore enterré. Nous sommes en colère aujourd’hui du non enterrement du président Etienne et c’est ainsi que nous devons libérer ce pouvoir entre les mains de la majorité en postulant » a martelé Rubens en ajoutant que les contacts étaient déjà directs avec les autorités à Kinshasa pour voir comment organiser cela. 

S’agissant de la machine à voter, Rubens poursuit en disant que toutes les préalables concernant cette machine à voter que lui qualifie d’ailleurs d’une « machine à voler » sont prises. Il précise que même certains députés de la majorité à l’occurrence l’honorable Vahamwiti, a été impliqué pour l’achat de ses machines, aussi, il a introduit sa femme qui avait déjà eu le monopole de les faire transporter. Compte tenu toutes ces tractations, l’UDPS se dit « capable de gagner les élections dans le cas où le gouvernement réédite les normes pour avoir des élections crédibles ».

Alfred Bukuhi