« L’anthropologie de l’intellectuel congolais dans le milieu universitaire », un livre qui peint la vie académique de l’étudiant congolais.

Le livre l’anthropologie de l’intellectuel congolais dans le milieu universitaire  relate la vie académique des étudiants en RDC, soulever les équivoques dans le système éducatif congolais, dénonce le comportement cafouilleur de l’intellectuel et lui rappeler son devoir et son rôle dans la société. L’idée de la rédaction ce chef d’œuvre parut en ce début de mois de septembre né en 2018, est inspiré de la vie académique de l’étudiant congolais.

« L’anthropologie de l’intellectuel congolais dans le milieu universitaire », un livre qui peint la vie académique de l’étudiant congolais.
« L’anthropologie de l’intellectuel congolais dans le milieu universitaire », un livre qui peint la vie académique de l’étudiant congolais.

Voulant comprendre réellement qu’est-ce qu’un intellectuel, sa vie dans le site universitaire et son rôle réel dans la communauté, cinq jeunes, des différentes formations académiques se sont mis ensemble pour rédiger ce présent livre. Tous membre de l’organisation la league academia ; ils repensent la place de l’intellectuel congolais au sein de la société.

« La vie académique doit s’organiser selon une politique préétablie par le gouvernement et dotée d’un système éducatif qui devrait être bien dosé. L’université devrait revêtir une image propre à elle, qu’elle a vue naître ; un lieu de création et de recréation culturelle. C’est dans ce sens que la recherche et l’enseignement y sont engagés dans une dynamique de production de connaissances adaptives aux besoins du développement harmonieux, intégral et durable de la RDC » ; peut-on lire dans ce livre.

 

 Avec comme finalité d’apporter les meilleures améliorations dans l’éducation en général et en particulier dans l’enseignement supérieur et universitaire. Pour bien mener leurs recherches, ces jeunes étudiants et chercheurs ont pris comme échantillon dix villes  de la République Démocratique du Congo. Ces villes (Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani, Bukavu, Goma, Kindu, Tshikapa, Kolwezi, Butembo et Boma) ont été choisies du fait qu’elles possèdent les plus grandes universités du pays.

 

Du système éducatif congolais

Depuis la période coloniale jusqu’à nos jours, le système éducatif congolais a connu beaucoup des modifications sur le plan pratique. Dès la période coloniale à ce jour, bon nombre des reformes ont été du système éducatif ont été initié. Aux années du maréchal Mobutu, les jeunes étudiants recevaient de prime ainsi que des bourses. Les universités étaient très bien construites et des enseignements des qualités y étaient donnés. Aujourd’hui, la plupart des universités et instituts supérieurs ont perdu leurs éclats.

Le choix et la sélection des enseignants qui dispensent cours ne respectent aucun critère de sélection, les appartenances ethniques ainsi des manipulations politiciennes font la loi dans certains établissements d’enseignements supérieur et universitaire du pays. Cette situation est à la base des troubles dans le milieu universitaire

« L’université et l’école en RDC sont devenues les champs de violence parmi tant d’autre »

Ces élites congolaises vont plus loin dans leurs observations. Ils regrettent de constater que plus le pays a des diplômés, plus il sombre dans le chaos.

« C’est désolant parce que après recherche nous avions constaté que l’intellectuel sur les étudiants ont abandonnés leurs missions. La mission de l’intellectuel serait celle d’apporter des solutions aux problèmes de la communauté. Mais malheureusement de tous ce que nous constatons l’intellectuel est celui qui se bat dans des  universités, qui corrompt, qui ne respecte plus nos mœurs dans nos communauté, qui viole les principes et les lois. Il était censé être celui qui rédigerait les lois et les faires appliqués » ; regrette Biruru Pascal directeur de la rédaction à la league academia.

 

Le quotidien des étudiants congolais !

« La violence sous toutes les formes, la dépréciation de mœurs, les années élastiques, la violation de la liberté académique sont les conséquences directes d’une crise universitaire qui est devenue un mode de vie dans les campus en RDC.

La crise universitaire est la conséquence la plus ressentie de notre temps, dans notre recherche, cette rubrique devrait constituer des millions et des millions de pages. Plusieurs fléaux ont été mis en étude, les témoignages des victimes donnent les larmes aux yeux à tout celui qui s’inscrit dans le paradigme « l’éducation motrice du développement. »

Nous avions constaté qu’une année académique ne se termine pas sans qu’on enregistre soit, un soulèvement des étudiants, soit une perte des points, soit, un cas de corruption, soit, les abus et exploitation sexuelle, etc. Les efforts doivent être fournis pour que ces milieux d’excellences puissent retrouver le glamour qui l’a fait naître.

C’est dans ce dilemme que se trouve l’image de l’intellectuel congolais face aux attentes de la société. Si sous d’autres cieux plusieurs projets de révolution et de développement proviennent de dortoir des homes des universités, de TFC et mémoire. Chez nous,  manifestement, l’étudiant attend qu’il finisse le cycle universitaire pour agir face aux problèmes de la communauté, et quand il finit, sa contribution est insignifiante dans la communauté » ; peut-on lire dans ce passage.

Les groupes de ressortissants et les mouvements des étudiants, les groupes d’étude et les groupes de promenade; la perte de cote et ses péripéties; la brigade universitaire ou la police universitaire et sa mission; la réussite et l’échec au dans le parcours universitaire; sont les quelques facteurs qui influencent les quotidiens des étudiants congolais. Et qui sont, le plus souvent à la base plusieurs tensions et troubles au sein des universités.

De l’idée générale du livre…

Au Congo, plusieurs questions se posent, et ces dernières restent sans réponse. En arrivant à l’université, l’étudiant comprend vraiment le rôle qu’il est appelé à jouer dans la communauté ? La société comprend réellement le rôle et les limites dans lesquelles l’universitaire doit intervenir ? A en croire Biruru Pascal, l’idée de la rédaction de cet œuvre de l’esprit est venu de ce questionnement.

« Il fallait comprendre le berceau de l’intellectuel ce qui est les universités au vrai sens du terme, d’où ce questionnement (...) On a l’impression que : plus on a les médecins, plus on a les malades qui meurent de la malaria et d’autre épidémies. Plus on a les juristes, plus le droit semble être la dernière préoccupation. Plus on a les ingénieurs en génie civil, moins on n’a pas les routes de déserte agricole et les ponts sont en délabrement total » ; explique-t-il.

Ce livre « Anthropologie de l’intellectuel congolais dans le milieu universitaire » de 161 pages parut le jeudi 2 septembre 2021 à Goma en présence de l’élite congolaise et la classe des universitaires, a été totalement produit par les jeunes universitaires de la league academia. Sans aucune assistance financière jusqu’à présent, ce livre ne que disponible actuellement dans des bibliothèques de la ville de Goma. Si les moyens les permettent ces jeunes comptent mettre en ligne ce chef d’œuvre pour que le maximum des étudiants congolais et du monde en bénéficie.

Augustin SADIKI